Sergio Leone

Film(s) au catalogue

Sergio Leone naît le 3 janvier 1929 à Rome. Il est le fils d’un metteur en scène de films muets, Roberto Leone, et d’une actrice, Bice Valerian. Baigné dans le milieu du cinéma depuis son plus jeune âge, Leone commence sa carrière dès 1946, en tant qu’assistant de De Sica (le Voleur de Bicyclette, 1949), Blasetti, Camerini, Soldati, Gallone. Il se spécialise ensuite dans la direction des secondes équipes des superproductions hollywoodiennes qui se tournent en Italie, telles que Quo Vadis de Mervyn LeRoy, Ben Hur de William Wyler. Il remplace en 1950 le réalisateur Mario Bonnard sur le tournage du film Les Derniers Jours de Pompei, et sera crédité coréalisateur. En pleine mode des péplums, Sergio Leone réalise son premier film en 1959, Le Colosse de Rhodes, rempli de références cinéphiliques renvoyant directement au cinéma américain qu’il affectionne particulièrement. Ce premier film est un succès.

En 1964, sorti d’abord dans une seule salle dans la banlieue de Milan, son film Pour une poignée de dollars, inspiré notamment de Yojimbo d’Akira Kurosawa, sera finalement un triomphe dans le monde entier. Il donne ses lettres de noblesse à un sous-genre, le western européen, et révèle un jeune acteur, Clint Eastwood. Il s’agit aussi de sa première collaboration avec Carlo Simi (décorateur) et Ennio Morricone qui composera la bande originale de tous ses prochains films. Deux autres westerns suivent, Et pour quelques dollars de plus (1965) et Le Bon, la Brute et le Truand (1966). Il peaufine et approfondit son style si particulier (jouer avec les codes du western, la lenteur, les gros plans, une approche à la fois réaliste et mythologique du genre). Il était une fois dans l’Ouest (1968, scénario qu’il co-signe avec Bernardo Bertolucci et Dario Argento) est pensé comme son dernier western. Il s’associe à la Paramount et convie des stars internationales telles que Henry Fonda, Charles Bronson et Claudia Cardinale. C’est un échec commercial aux Etats-Unis, mais un franc succès en France. En 1971, il réalise Il était une fois la Révolution (avec Rod Steiger et James Coburn), puis participe à la production et à la réalisation de deux westerns (Mon nom est Personne de Tonino Valerii, 1973 ; Un génie, deux associés, une cloche de Damiano Damiani, 1975).

Son ultime film, Il était une fois en Amérique (1984, avec Robert de Niro), qu’il mit plus de 20 ans à édifier, rassemble les trois thématiques de sa filmographie : l’amitié, l’Histoire et la mélancolie. La distribution du film dans une version amputée et un montage dénaturé aux Etats-Unis blesse profondément Sergio Leone.

Il meurt le 30 avril 1989 d’une crise cardiaque. Peu avant sa mort, Leone écrit un ultime scénario sur une histoire d’amour en plein siège de Leningrad, sans avoir le temps de concrétiser ce projet. En sept films, Sergio Leone réussit à enthousiasmer un très large public, malgré des formes de plus en plus complexes et quasi expérimentales, de film en film. Son œuvre a encore aujourd’hui une influence considérable sur le cinéma contemporain.

Filmographie

1959 - Le Colosse de Rhodes

1964 - Pour une poignée de dollars

1965 - Et pour quelques dollars de plus

1966 - Le Bon, la Brute et le Truand

1968 - Il était une fois dans l’Ouest

1971 - Il était une fois la Révolution

1984 - Il était une fois en Amérique