Akira Kurosawa

Film(s) au catalogue

Akira Kurosawa (黒澤 明, Kurosawa Akira) est un réalisateur, producteur, scénariste et monteur japonais, né à Tokyo le 23 mars 1910 et mort à Tokyo le 6 septembre 1998. Avec Yasujirō Ozu et Kenji Mizoguchi, il est considéré comme le cinéaste japonais le plus célèbre et le plus influent de l'histoire. On l’a surnommé l’Empereur, du fait de son perfectionnisme, de son contrôle absolu sur son processus créatif, et de son intransigeance sans concession.

Débutant en 1936 en tant qu’assistant réalisateur et scénariste, il réalise son premier film en 1943, La Légende du grand judo à Sanjuro. Mais c’est plus tard avec L'Ange ivre (Yoidore tenshi, en 1948) que Kurosawa rencontre son premier succès, il est acclamé par la critique. Ce film marque les débuts de l'acteur Toshirō Mifune, qui tournera au total 16 films avec Kurosawa.

Avec Rashōmon, dont la première eut lieu à Tokyo en août 1950, Akira Kurosawa reçut en 1951 le Lion d'Or de la Mostra de Venise, récompense suivie par une diffusion en Europe et en Amérique du Nord. Le succès de ce film auprès du public et de la presse ouvrit alors les portes de l'Occident au cinéma japonais et permit de forger la réputation internationale de nombreux artistes japonais.

Des années 1950 au début des années 1960, Kurosawa réalisa environ un film par an, dont Vivre (Ikiru, 1952), Les Sept Samouraïs (Shichinin no samurai, 1954) et Yojimbo (Yōjimbō, 1961). Par la suite, sa carrière est moins prolifique, mais ses derniers travaux - dont Kagemusha, l'Ombre du guerrier (Kagemusha, 1980) et Ran (1985) - lui permettent de remporter de nouvelles récompenses, notamment la Palme d'or pour Kagemusha, l'Ombre du guerrier.

Il fait toute sa carrière au sein du système des puissants studios japonais (Shochiku, Toho) comme scénariste et surtout comme réalisateur, alternant les genres : cinéma d’action, grandes fresques historiques flamboyantes, films noirs, drames contemporains intimistes ou adaptations d’auteurs occidentaux (Shakespeare, Gorki, Dostoïevski).

En 1990, il reçoit l'Oscar d'honneur « pour ses accomplissements qui ont inspiré, ravi, enrichi et diverti le public mondial et influencé les cinéastes du monde entier ». En 1999, il est nommé à titre posthume « Asiatique du siècle » dans la catégorie « Arts, Littérature, et Culture » par le magazine AsianWeek et CNN, présenté comme « l'une des cinq personnes ayant le plus contribué à l'épanouissement de l'Asie durant les 100 dernières années ».

Cinéaste comblé par le succès public et la reconnaissance critique internationale, Kurosawa a encore aujourd’hui une influence considérable, sur le western par exemple. Clint Eastwood confie volontiers que Yojimbo est pour lui source d’inspiration. A la fois ancré dans les traditions de son pays et fin connaisseur des cultures de l’Occident, son œuvre se situe probablement à cette croisée des chemins, entre tradition et modernité. Le thème principal de tous ses films est celui de la condition humaine, la place de l’homme dans la société, sa capacité à garder son humanité quelles que soient les circonstances et l’environnement. Il a su à la fois être totalement japonais tout en étant lisible pour les Occidentaux. Le cinéma de Kurosawa tend à l’universalisme. Dans chacun de ses films, l’homme est au centre de tout, et est toujours filmé avec beaucoup d’empathie.

Filmographie

1943 - La Légende du Grand Judo

1944 - Le plus beau

1945 - La Nouvelle Légende du Grand Judo

1945 - Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre

1946 - Ceux qui bâtissent l’avenir

1946 - Je ne regrette rien de ma jeunesse

1947 - Un merveilleux dimanche

1948 - L’Ange ivre

1949 - Le Duel silencieux

1949 - Chien enragé

1950 - Scandale

1951 - L’Idiot

1952 - Vivre

1954 - Les Sept Samouraïs

1955 - Vivre dans la peur (Chronique d’un être vivant)

1957 - Le Château de l’araignée

1957 - Les Bas-Fonds

1958 - La Forteresse cachée

1960 - Les salauds dorment en paix

1961 - Le Garde du coprs

1962 - Sanjuro

1963 - Entre le Ciel et l’Enfer

1965 - Barberousse

1970 - Dersou Ouzala

1980 - Kagemusha, l’Ombre du guerrier

1985 - Ran

1990 - Rêves

1991 - Rhapsodie en Août

1993 - Mâdadayo