La Barrière de Chair

Sortie le 28 Mars 2018
Titre original : Nikutai No Mon
Japon, 1964, Drame, 90 min , Interdit aux moins de 12 ans
Visa n° 73345
Supports : DCP
Après la seconde guerre mondiale, dans un Japon meurtri, cinq prostituées vivent en groupe dans un ghetto de Tokyo. Telle une famille unie, elles défendent leur territoire et leurs intérêts communs. Mais l'arrivée d'une nouvelle fille et d'un ancien soldat blessé pourrait mettre en péril leur unité.

LA BARRIÈRE DE CHAIR:

« Un film à l'outrance féconde, où Suzuki transforme le film érotique en un brûlot politique » TÉLÉRAMA

« Une rage punk, désespérée et vitaliste » LES CAHIERS DU CINÉMA

« Un chef-d'œuvre à la fois sulfureux, audacieux et formellement sublime » ÀVOIR-ÀLIRE

« Magistral » EAST ASIA

 

RÉTROSPECTIVE SEIJUN SUZUKI

« Six films d’une intensité créatrice incroyable » TÉLÉRAMA

« Un styliste exalté, un vrai maverick qui aura fait exploser la logique des studios en gerbes de couleurs et d’excentricités formelles » LES CAHIERS DU CINÉMA

« Seijun Suzuki, une inévitable évidence dès lors qu’on évoque l’âge moderne du cinéma japonais - ou du cinéma tout court. » LIBÉRATION

« La Marque du tueur s’impose comme son chef-d’œuvre » LA SEPTIÈME OBSESSION

« Cinéaste prolifique, subversif et libertaire, un inventeur de forme » FRANCE CULTURE

« Événement : le terme n’est pas trop fort pour évoquer la sortie de ces six œuvres marquantes. » BANDE-À-PART

« Un bonheur absolu » LE CERCLE - CANAL+ CINÉMA

« Ambitieux et iconoclaste, cette rétrospective est une bénédiction » LE GRAND FRISSON - CINÉ+

« Une œuvre baroque et ultra-moderne » À L’AFFICHE - FRANCE 24

« Une œuvre d’une beauté et d’une richesse stupéfiantes » CRITIKAT

« Seijun Suzuki, figure centrale du cinéma japonais des années 60, au parfait croisement de l’artisanat et de l’avant-garde. Incontournable. » CULTUROPOING

« Une remarquable série de films » EAST ASIA

« Six pépites essentielles du cinéma d’exploitation qui vont influencer nombre de cinéastes à venir » DVD CLASSIK

« Seijun Suzuki, maître japonais des années 60 » ÀVOIR-ÀLIRE

« Un très grand cinéaste, toujours aussi fascinant. Un vrai bonheur de cinéphile ! » MONDOCINÉ

Revue de presse